Featuring

Big Youth

Lorsqu’il est entré par la porte du Studio, avec le T-shirt de Mad Professor, est comme si un soleil lumineux était apparu, le sourire ouvert, les yeux gentils, les dents remplis de diamants enchâssés.
Dans le Studio il était comme chez soi, il était très familier avec Steve, avec qui il a travaillé pendant plusieurs années , donc ils parlaient et rient tranquillement .
En écoutant le morceau il dansait, chantait et fini d’écouter le morceau il dit : « Maintenant j’ai besoin d’ herbe! » Il sort dans la cour et il revient inspiré.
Il entre dans le Studio d’enregistrement et rapidement il enregistre sa part, qui est pratiquement resté tel qu’il était, sans beaucoup de coupures.
Le message du texte a été compris immédiatement, rien à dire, rapide et facile, la chanson se prêtait aussi à l’improvisation heureuse et insouciante.
C ‘est une homme bon Big Youth, comme un père sans méfiance, sans préjudice, prêt à contenter les musiciens et attentionné au message du texte.

http://en.wikipedia.org/wiki/Big_Youth

http://www.myspace.com/bigyouth1

 Cedric Myton (The Congos)

À inaugurer nos enregistrements c’était lui, il nous a mis immédiatement à l’aise. Pour chanter « Vegetarian man » nous avions besoin d’un végétarien et lui est vraiment un rasta qui descend en ville juste pour le travail.
Nous parlons de l’importance du végétarisme, il dit que beaucoup de végétariens seront heureux de cette chanson, peu de gens en parlent. Et oui, manger de la viande est très dangereux, c’est la réalité. Il improvise en Studio, il enregistre deux pistes, et lui aussi en peu de temps réalise sa part. Nous n’avons pas été ensemble pour longtemps, il nous a semblait très engagée et sérieux, fiable, sans fioritures.

http://en.wikipedia.org/wiki/Cedric_Myton

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Congos

 Bernard « Satta » Collins (Abyssinians)

Par contre, avec Bernard nous avons passé beaucoup de temps, parce qu’il vit à Kingston, donc nous nous sommes revus encore deux fois.
Le jour où il est venu à enregistrer il était de mauvaise humeur, il n’était content de rien, il a dit qu’il ne chantait pas pour n’importe qui et nous, qui étions-nous? Et le texte où il était? De quoi on parlait dans la chanson? Prendre immédiatement le texte, en expliquant de quoi il s’agissait. Dans la chanson lui il jouerait l’homme de l’avenir que nous montre le chemin « Peace is the way ».
Après avoir écouté la chanson il commence à se calmer.
Comme le texte était long et l’histoire un peu compliqué, Bernard a pris le temps de tout lire; ensuite, de nouveau mécontent il dit: « Eh mais la chanson je dois bien l’apprendre, j’ai besoin d’au moins 10 jours ».
« Ok-disons-nous, tu peut revenir quand tu veut ».
Mais là, son sang jamaïcain a dû lui dire de ne pas remettre à demain le travail que vous pouvez gagner aujourd’hui, donc, avec son temps dilaté, il commence à apprendre phrase par phrase toute la chanson, que a enregistré avec Clive.
Steve, entre-temps, avait disparu, en connaissant « Satta », il a préféré lui laisser tout le temps nécessaire pour enregistrer sa partie, sans le diriger comme il l’avait fait avec d’autres artistes. Ensuite Steve arrive, et avec Sandro vont chercher l’argent nécessaire pour payer tous les musiciens comme chaque jour.
Dans le Studio restent Emma, Bernard, deux amis qui accompagnaient Bernard, Clive et les deux assistants. On a écouté son dernier album, réalisé avec Sly and Robbie, magnifique.
Au moment de prendre l’argent, il nous demande les royaltys de la chanson, dans le cas que nous feront du succès, il veut que nous lui assurons une récompense.

Dans les semaines qui suivent, il nous appelle pour se retrouver sous la statue de son ami Bob Marley, il veut que on lui prends des photos.
Comme nous lui avions demandé, il nous porte ses disques que nous avons tous acheté avec l’autographe et des t-shirts des Abyssinians.
Il vient en vélo, accompagné par son neveu. En une autre occasion nous sommes allés chez lui, une maison modeste, il vit avec sa maman ultra nonagénaire, il est clair que tout ce qu’il gagne est investi dans sa musique.

Il parcour chaque jour plusieurs kilomètres à pied, il ne possède que le vélo.
Après, nous allons à pied pour faire une copie de « Back from the future » qui venait juste d’être mixé; d’abord nous allons visiter le Studio de Sugar Minott, ensuite le Studio du claviériste des Third World qui est près de sa maison. Toujours accompagné de son neveu, un garçon très gentil avec lequel nous parlons de nos projets et de la situation critique dans laquelle il nous apparait la Jamaïque.

http://en.wikipedia.org/wiki/The_Abyssinians

http://www.theabyssinians.com/

http://www.facebook.com/pages/The-Abyssinians/145601998856338?fref=ts

Luciano

Steve nous avait assuré que le travail avec Luciano aurait été génial, car il connaissait bien sa façon de travailler. Il s’est présenté en Studio il a voulu discuter du texte, il a pris la version instrumentale et il est parti à la maison. Quelque jours plus tard, il est retourné avec sa partie mémorisé et il a enregistré.
Au texte qui disait « Nous devons être forts et chanceux, man », il a voulu ajouter « Nous devons être forts et travailleurs », car il pensait qu’il est important de construire nous-même notre propre chance, avec le travail, alors que c’est exactement le message que nous avons voulu donner avec cette chanson.
Il était très heureux de cette collaboration et il a dit en se saluant « Great work, great sound! ».

http://en.wikipedia.org/wiki/Luciano_(singer)

http://www.lucianoreggae.com/

http://www.facebook.com/pages/Luciano-Reggae-artist/17369164810

Tony Rebel & Queen Ifrica

L’idée de travailler avec eux nous est arrivé après avoir écouté le CD de Bob Sinclair « Made in Jamaica », dans lequel apparaît soit Queen Ifrica que Tony Rebel.
Nous ne savions pas qu’ils vivaient ensemble et qu’ils étaient l’un le manager de l’autre. Nous l’avons découvert lorsque Steve as essayé de les contacter.
Déjà au téléphone Tony a posé beaucoup de questions, il a voulu entendre les textes, il a demandé d’ou nous étions. Steve répond: « Ils sont italiens ».
« Ok – dit Tony- mais de quelle partie de l’Italie? ». Et Steve: « De la bonne! Allez, viens, tu verras que leur musique va te plaire ».
Tony arrive au Studio, Queen reste à attendre dans la voiture. Il nous pose beaucoup de questions sur sa chanson, puis sur celle de Queen, qui était en français et nous avons traduit en anglais, on l’as expliqué, en bref, une heure et demie d’interrogatoire.
« Quel est le sens du texte? ».
Que seulement par la paix intérieure nous pouvons avoir la paix extérieure, pour le monde entier, que dans le futur il n’y aura plus des guerres ».
« Vous êtes surs qu’il n’y aura pas de guerre? ». il demande sceptique.
« Bien sur, si l’humanité va survivre sa sera parce que aura appris à faire sans les guerre, les exploitations etc, sinon il n’y aura pas de futur ».
« Ok, ça va ».
Après avoir écouté les deux chansons, il change d’humeur, il devient gai, il plaisante tout le temps.
Il va chercher Queen qui descend de la voiture, elle arrive in Studio et nous pose d’autres questions sur sa chanson, traducion, explication:
« Elle a été écrite pour les migrants d’Afrique du Nord, qui viennent en Europe pour trouver du travail ».
« Et moi, que suis-je supposé dire? ». Elle dit.
« Que ce n’est pas facile, mais il faut tenir le coup ».
Une autre heure de questions, mais elle est toujours sérieuse, très concentrée sur le travail; elle gronde Tony  qu’il avait commencé à chanter avec l’iphone sur la tête avec lequel il étudiait notre chanson et écrivait son texte.
Au début nous avons pensé qu’il jouait avec le téléphone, mais au contraire ils étaient déjà au travail simultanément.
Queen aussi commence à écrire. Le morceau dure 5 min et 35, il ya beaucoup d’espace à remplir, mais avec elle, c’est pas un problème, quoi dire et comment le dire, c’est son travail quotidien. Ils entrent dans le studio d’enregistrement, Tony demande: « Quel est le nom du groupe? ».
« B a r m a g r a n d e » nous articulons.
Et c’est ainsi que commence sa chanson: «C’est Tony Rebel et Barmagrande … » Tony demande à elle son conseil et vice-versa, ils travaillent vraiment ensemble.

http://www.facebook.com/QueenIfrica

http://en.wikipedia.org/wiki/Queen_Ifrica

http://www.myspace.com/queenifrica/

http://en.wikipedia.org/wiki/Tony_Rebel

http://www.myspace.com/tonyrebel

http://www.facebook.com/pages/Tony-Rebel/109585415726955?fref=ts

Freddie McGregor

Freddie est un bon ami de Steve, avec qui il travaille régulièrement depuis des années.
C’est aussi un homme très occupé pour la promotion de la culture de son pays, comme nous avons découvert à plusieurs reprises par des entretien qu’il a eu avec Steve.
Quant à la chanson « Ma méditation » est un morceau assez simple, peu de travail à faire, une demi-heure, écouter la chanson, puis enregistrer.
Steve lui a demandé quelques variations, mais telle était leur compréhension qui n’ont pas tardé pour faire un bon travail.
Puis nous l’avons écouté à nouveau, nous avons également entendu une autre chanson et Freddie nous fait ses compliments.
« Bravo, si vous allez faire une tournée en Europe, je suis là. »

http://en.wikipedia.org/wiki/Freddie_McGregor

http://www.myspace.com/freddiemcgregor

Franklyn Montague

Frank est le seule guest avec lequel nous avons enregistré chez nous parce qu’il vit près de nous, à Dolceacqua. Heureusement pour nous, il s’ était installé en Ligurie il y a huit ans.
Depuis trois ans nous travaillons ensemble, nous avons enregistré 5 de ses chansons et il a enregistré « Good man » dans cet album.
Il nous a appris beaucoup de trucs du métier, typiques de la musique jamaïcaine que sans lui nous n’aurions jamais connu. Il a également supervisé les textes, l’utilisation de l’anglais, que nous voulions coulant et correct.
Même dans son cas, il y a eu un visionnage attentif du texte, le désir de trouver le mot juste, pour donner le bon message. Ce que nous avons retrouvé avec tous les autres musiciens en Jamaïque.
Lorsque, en Studio à Kingston, ils ont entendu sa voix, tout le monde lui a  fait les plus grands compliments.

http://www.myspace.com/frankleenmontague

Max Romeo

L’avoir contacté a été très difficile, nous avons eu son numéro grace à des musiciens italiens qui vivent à Kington.
Nous avons dû attendre jusqu’à ce que s’est présentée pour lui l’occasion de venir en ville pour aller chercher sa fille qui étudie à l’université, incertains jusqu’à la fin s’il serait venu ou non.
Quand il est arrivé en studio, nous avons pensé qu’il était un ouvrier, avec ces vêtements de la campagne, alors qui s’est présentés … zut, c’est lui!
Cependant, nous avons écouté le morceau, il a l’aimé les paroles, il a enregistré en peu de temps.
Il nous a présenté sa femme, sa fille et le jeune fils qui est déjà sorti avec un single.
Quelle belle famille!

http://en.wikipedia.org/wiki/Max_Romeo

http://www.myspace.com/maxromeoepicdub

Bob Andy

En Jamaïque est l’un des chanteurs et auteurs les plus importants, auteur de nombreux succès internationaux. Il chante le morceau qui donne le titre à l’album « Libertà ».
Nous avons expliqué à Steve que cette chanson était très importante pour nous.
Le texte est une ancienne prière tibétaine; lama Sonam a chanté le texte en tibétain, ce qui rend le travail pour nous, sacré.
On avait  besoin d’ une personne spirituelle, engagée.
Eh bien, grâce à Bob Andy nous avons été satisfaits car nous croyons que personne mieux que lui aurait pu jouer cette chanson si importante pour nous.
Dans ce cas, Bob a pris beaucoup de temps pour écouté et réécouter la chanson, puis écrire le texte, ensuite enregistrer avec Steve, avec qui il a discuté de l’arrangement.
Il est une personne doux et gentil, très cultivé et spirituel, au sommet d’une carrière toujours croissante.

http://en.wikipedia.org/wiki/Bob_Andy

http://www.bobandy.com/

Exprimez-vous